FUTURE MAMAN, VERS LE BOUT DU ROULEAU ?

Attention, j’annonce cet article ne va clairement pas faire l’unanimité et je m’attends clairement à de grosses critiques mais je pense que pour certaines d’entre vous, il est nécessaire. Pour les autres il n’est absolument pas à prendre comme une provocation ou quoi que ce soit de négatif, si ce discours ne vous plait pas, je l’entends et vous invite à passer votre route 🙂

Comme vous le savez, je suis tombée enceinte sans le vouloir, ça a été un vrai chamboulement pour mon esprit car c’était un saut dans l’inconnu – et pas des moindres clairement – que je n’avais ni souhaité, ni anticipé. Moi qui aime avoir le contrôle sur tout, bon bah là c’était râpé.

Dès lors que j’ai commencé à accepter la situation et me renseigner sur l’arrivée d’un bébé, j’ai pris peur pour de vrai. On va pas se mentir, l’intégralité des contenus que j’ai pu trouver – au delà de la dimension affective qui reste trop abstrait au début pour en comprendre la valeur et la puissance réelle – n’ont été que des contenus quand même relativement « alarmant » : Un bébé ça pleure beaucoup – Un peu ça dort jamais – Un bébé c’est plus de sortie et une vie sociale très perturbée – Un bébé c’est un couple qui en pâti – Une maman au bout du rouleau, etc.
Vraiment, sur les sites, sur les contenus Insta, les storys, les mamans que j’ai suivi, mon entourage proche ou lointain, tout ça.
Je trouve que tout va dans le sens « Montrons la vraie vie, y’en a marre des mamans parfaites et des enfants parfaits ». Comme si fallait forcément être au bout du rouleau – j’exagère volontairement le trait – pour être légitime et partager du contenu de la vraie vie.

Le but de cet article, pour les femmes enceintes que vous l’ayez voulu ou pas, c’est juste de vous dire qu’il existe effectivement des bébés plus « difficiles » – rien de péjoratif quand je dis ça, mais des bébés plus en demande, avec un rythme plus décousu, etc – et des jours sans mais je voulais aussi vous rassurer.

Parce que parfois aussi, tout se passe à merveille. Non tout n’est pas difficile !
Il existe aussi des bébés qui ne pleurent que très peu – Marceau n’a jamais pleuré pour autre chose que pour manger, sauf au pic de croissance des 6 mois et à ses vaccins – Il existe des bébés qui dorment, et même très bien. Marceau a fait ses nuits à deux mois et depuis il dort 12 heures par nuit sans problème. Notre vie sociale n’a absolument pas changé car nous avons fait le choix de continuer à vivre de la même manière, nous l’emmenons partout avec nous, tout en veillant à respecter son rythme. J’ai mis un point d’honneur à continuer ma vie professionnelle, nous avons pu ouvrir deux boutiques le mois de sa naissance en changeant les couches dans les tiroirs des comptoirs de caisse en construction sans qu’il ne bronche, jamais. J’ai également mis un point d’honneur à ne pas me mettre entre parenthèse, à nous faire confiance, à lui faire confiance. Et honnêtement ma vie n’a jamais été aussi épanouissante que depuis que je suis maman. J’avais peur de me sentir vidée de tout ce que j’aimais et au final je ne me suis jamais sentie si vivante et complète. Je me sens parfois dépassée c’est vrai pour corréler la maison, Marceau, le couple, la vie pro, mais au finalement tout est une question de rythme à trouver, savoir organiser ses tâches, déléguer.
Je me sens très loin d’être au bout du rouleau, j’ai peu voir pas connu ce moment une fois passée le baby blues ( les 10 premiers jours ).

Alors voilà, le but de l’article c’est pas de dire « Wouhou regardez moi j’ai un enfant génial et je suis une mère parfaite » car je sais que les prochains mois nous réservent de sacrés challenges, rien n’est jamais acquis et on vivra comme tout le monde des moments difficiles, mais l’objectif c’est juste de dire, à toutes les futures mamans, parfois tout se passe absolument très bien et non l’arrivée d’un enfant n’est pas une fatalité vers la fin de votre sommeil, votre vie sociale et votre moral. Je suis sûre que beaucoup de mamans diraient la même chose.

Il y’a toujours des moments difficiles mais ne pleurez pas avant d’avoir mal, n’envisagez pas le pire, restez positives et comme toujours, croyez en votre capacité à gérer tout ça, vous serez une maman géniale j’en suis sûre.